Mon compte Identifiez-vous
Mon panier Panier vide
 

Lexique des Acides Aminés

Retour au sommaire

 

Le Lexique des Acides Aminés

 

La leucine :

c'est l'acide aminé le plus anabolisant qui soit pour le muscle. La présence de leucine dans le muscle induit directement la synthèse des protéines. Au contraire, une carence en leucine diminue fortement la puissance de l'anabolisme.

La valine :

c’est un acide aminé qui est très important pour lutter contre la fatigue mentale lors d'un effort. Plus celui-ci va se poursuivre et plus le niveau de sérotonine va s'élever dans le cerveau. Il s'ensuit une fatigue voire des maux de tête. La valine prévient la synthèse de sérotonine.

L'isoleucine :

c'est le troisième BCAA. La leucine est d'autant plus anabolisante que ses deux autres compères, la valine et la leucine sont présents. Grâce aux BCAA, les niveaux de testostérone et d'hormone de croissance sont optimisés durant l'effort. Les BCAA luttent aussi contre le catabolisme musculaire tout en favorisant la perte de graisse particulièrement autour de la taille.

Le trytophane :

il est le précurseur de la sérotonine. Durant un effort, les BCAA empêchent le trytophane d'arriver au cerveau et donc de stimuler la fabrication de sérotonine. Mais lorsque le niveau de BCAA chute, la sécrétion de sérotonine est favorisée par l'arrivée massive de trytophane. En dehors de l'effort le trytophane aide à nous faire trouver le sommeil (en aidant à la fabrication de mélatonine) et lutte contre la dépression. Le trytophane aide à maigrir en réduisant l'appétit et en stimulant les hormones thyroïdiennes. Les personnes en sur poids ont en général des niveaux de trytophane plus bas que la moyenne. Le trytophane favorise aussi la sécrétion d'hormones naturellement anabolisantes comme la GH ou la testostérone

La phénylalanine :

c’est un régulateur de l'appétit. Sa prise augmente rapidement le niveau de CCK (cholécystokinine), une hormone qui modère l'appétit. La phénylalanine aide aussi au transport des BCAA dans le muscle. Elle est donc indirectement anabolisante. L'aspartame, édulcorant célèbre, ajouté entre autre, dans les protéines pour leur donner un goût agréable est très riche en phénylalanine.

La lysine :

elle est importante pour le maintien du métabolisme osseux. Elle aide aussi à optimiser l'absorption du calcium. La lysine est l'un des précurseurs de la carnitine (voir plus bas). Elle aide à la production d'hormone de croissance. La lysine est importante pour la fabrication de collagène et de tissu conjonctif. Elle est donc primordiale pour la régénération des cellules de soutien aux fibres dans les muscles.

La thréonine :

c’est un stimulant immunitaire. Ceci est important pour tous les athlètes que les efforts intenses rendent plus vulnérables aux infections ou à la maladie. La thréonine aide aussi à lutter contre la dépression et les contractures musculaires.

La méthionine :

elle est un des acides aminés qui produit une action antioxydante. Elle protège donc les muscles, en particulier le coeur contre les radicaux libres. La méthionine joue aussi un rôle dans la régulation de la sécrétion de GH. Les végétariens sont les plus sujets à souffrir de déficiences en cet acide aminé essentiel car les protéines végétales contiennent très peu de méthionine.

La glutamine :

elle régule l'anabolisme au sein de la cellule musculaire et favorise la sécrétion naturelle d'hormone de croissance. La glutamine bloque aussi une partie de l'action catabolisante du cortisol sur les muscles. Elle protège le système immunitaire et tout l'appareil digestif des effets néfastes des efforts violents.

L'arginine :

c’est le précurseur direct du monoxyde d'azote (ou NO) une substance anabolisante pour le muscle. Outre la régénération musculaire, l'arginine favorise la congestion et la performance. L'arginine est aussi capable d'accroître la sécrétion de l'hormone de croissance.

L'histidine :

chez l'enfant, il s'agit d'un acide aminé essentiel ; par contre cet acide aminé n’a pas de statut bien défini chez l'adulte. Des recherches récentes ont pourtant montré que chez ce dernier, le niveau de synthèse des protéines musculaires diminue en l'absence d'histidine dans l'alimentation. L'histidine pourrait donc bien être un acide aminé essentiel chez l'adulte aussi. La prise d'histidine réduit l'appétit et stimule la fonte du tissu adipeux. Une perte de graisse suit donc généralement la prise d'histidine.

La glycine :

c’est le plus petit de tous les acides aminés. Elle agit comme protecteur cellulaire dans tout l'organisme. La glycine favorise aussi la sécrétion d'hormone de croissance et stimule l'endurance et la force musculaire. La glycine, en tant que précurseur de la créatine, augmente la concentration intramusculaire de celle-ci.

La tyrosine :

c’est un précurseur important des neurotransmetteurs telles la dopamine, la noradrénaline et l'adrénaline. La chute de ces dernières lors des phases de surentraînement s'explique en partie par la raréfaction de tyrosine dans cette condition extrême. La tyrosine va donc favoriser la récupération nerveuse après un effort. Elle favorise aussi la concentration.

La cystéine :

c’est un acide aminé précurseur de puissants oxydants tels le glutathion ou le NAC (N-acétyl-cystéine). La prise de cystéine va donc gonfler les stocks d'anti-oxydants au sein de chacune de nos cellules particulièrement les cellules hépatiques et musculaires. Au contraire, la raréfaction de cystéine suite à un effort va diminuer nos défenses cellulaires contre les radicaux libres.

Acide glutamique :

c’est un précurseur important de la glutamine mais il a l'avantage d'être assimilé avec plus de facilité que la glutamine. Toutefois en cas de surentraînement, les niveaux sanguins d'acide glutamique s'élèvent rapidement car l'entrée de cet acide aminé dans le muscle est bloquée. La prise de cystéine aide alors à rétablir le transport de l'acide glutamique au sein de la cellule musculaire.

L'aspartate (et asparagine) :

il favorise la production de testostérone. L'aspartate augmente la performance en luttant contre l'acide lactique et en favorisant l'utilisation des acides gras du tissu adipeux économisant ainsi le glycogène musculaire. L'aspartate lutte aussi contre l'accumulation d'ammoniac, facteur de fatigue cérébral durant l'effort.

Veuillez patienter...

Votre article a bien été ajouté au panier