Mon compte Identifiez-vous
Mon panier Panier vide
 

Tendinites et musculation

Retour au sommaire

 

Comment éviter les tendinites

 

« Tendinite » le mot est lâché par votre kiné ou votre médecin et, tout de suite, surgissent questions et interrogations pour lesquelles les réponses sont souvent floues ou incertaines. S’agit-il VRAIMENT d’une tendinite ? Comment l’ai-je contractée ? Comment la soigner ? Faut-il se faire « infiltrer » ? Programme de reprise ? 

  

S'agit-il vraiment d'une tendinite?

La tendinite désigne l’inflammation du tendon tout bêtement ! Encore faut-il savoir que le tendon est la zone d’attache du muscle, sorte de ficelle dense et épaisse qui relie le muscle à la pièce anatomique qu’il mobilisera en se contractant.

Ainsi le tendon d’Achille, qui est la prolongation des muscles du mollet, est-il inséré à la partie arrière du pied qu’il va mobiliser lors de la marche.

La tendinite est généralement d’apparition progressive et, par la suite une fois installée, elle est gênante à froid et diminue au cours de l’exercice  (a contrario une déchirure est d’apparition brutale et augmente au cours de l’effort)

Une échographie pratiquée chez une radiologue permet de valider l’existence de la tendinite ou, du moins, de la différencier éventuellement d’une déchirure.

Comment l'ai-je contractée ?

  • Technopathie d’entraînement

Un appareil de musculation sur lequel on tire de manière désadaptée sous un mauvais angle, un nombre de répétitions trop élevé ou le non-respect de temps de récupération entre deux séries (ou deux jours d’entraînement) sont souvent en cause.

  • Problèmes dentaires

Un foyer infectieux dentaire n’est pas toujours douloureux ou visible au-dessus de la gencive, il faut alors faire pratiquer une radiographie panoramique dentaire et la soumettre à son dentiste qui validera aussi l’équilibre biomécanique de la mâchoire car des pressions asymétriques sur les mandibules peuvent être la cause de tendinites.

Le soin des foyers infectieux et la rééquilibration de la mâchoire ont alors des effets spectaculaires.

  • Excès d’acide urique

L’acide urique est un composé biologique présent dans le sang à l’état normal et dont l’excès favorise les tendinites. L’acide urique est issu de la digestion des protéines alimentaires qu’elles soient d’origine animale (viande, poisson, œufs, lait) ou végétales (tomates, persil, épinards surtout) on peut parfois fabriquer naturellement trop d’acide urique par dérèglement du métabolisme sans pour autant avoir abusé des aliments cités précédemment. Le taux à ne pas dépasser est de 65 mg.

C’est la raison pour laquelle il ets conseillé de faire une coupure d’une semaine toutes les 3 semaines dans vos cures de Protéines ou d'Acides Aminés .

Consultez votre médecin pour savoir si vous avez la nécessité de faire un traitement de 3 jours de colchicine pour écrêter ce taux d’acide urique.

  • Défaut d’hydratation

Un athlète qui ne boit pas assez voit la déshydratation atteindre les tendons dont la structure « lyophilisée » par le manque d’eau se fragilise et se trouve donc surexposé a des risques d’inflammation ou de déchirure. Buvez avant, pendant et après l’effort, 500cc par heure en moyenne.

La vitamine C, si elle est anti-oxydante et immunostimulante, peut, lors d’une consommation excessive, (1 g ou plus au dela de 15 jours) favoriser une tendinite.

La créatine, si elle a d’exceptionnelles qualités énergétiques qui optimisent la force et la récupération musculaires, doit être aussi rationalisée (pas plus d’une cuillère à soupe  et 15 jours de cure avec des pauses de 10 à 15 jours)

  • Désordres ostéopathiques

Tout désordre ostéopathique, que cela soit un décalage de bassin ou des cervicales bloquées par exemple, implique une anomalie de la transmission des forces par le tendon concerné et donc favorise l’apparition d’une tendinite.  Consultez donc un ostéopathe même si vous ne ressentez pas de blocages apparents.

Comment la soigner ?

La correction de chacun des points précédents est indispensable, car ils sont les causes déclenchantes et ne soigner que les effets serait à coup sûr un échec. Il faut alors soulager et soigner la tendinite par un traitement symptomatique.

  • Traitement symptomatique

> Anti-inflammatoires en comprimés

> Physiothérapie chez un kiné (ultrasons, ionisations, massage)

> Mésothérapie (mini piqûres anti-inflammatoires superficielles)

> Glace +++

> Repos sportif +++

  • Infiltration en cas d’échec des traitements précédents

À noter pour les tendinites, situées à l’attache la plus extrême du tendon dans le périoste ( le fameux tennis elbow par exemple au niveau du coude), il existe une nouvelle technique très efficace : les ondes de « choc » pratiquées par un kiné ou un médecin du sport.

Faut-il se faire infiltrer ?

L’infiltration n’est pas une fin en soi-même, mais un moyen de dernière intention à utiliser une fois les causes de la tendinite corrigées et surtout devant l’inefficacité du repos et du traitement symptomatique. Elle doit prendre en compte les contre-indications liées à la présence de cortisone (diabète, ulcère estomac, notamment) et doit être suivie de 4 jours de repos.

Maximum 2 infiltrations à 2 semaines d’intervalle

Oubliez également la réputation illégitime qu’elle a de provoquer des douleurs. Pratiquée par un bon professionnel, elle sera quasiment indolore !

 Programme de reprise

La reprise sportive sera «  souple » avec beaucoup d’étirements en se donnant une semaine avant de reprendre au niveau sportif antérieur.

Veuillez patienter...

Votre article a bien été ajouté au panier